Familles d'oiseaux

Ailuroedus melanocephalus

Pin
Send
Share
Send
Send


Krynickillus melanocephalus (Kaleniczenko, 1851) - Limace à tête noire du Caucase

Pour la première fois, l'espèce a été enregistrée à Minsk en 2009 et en 2013 - à Vitebsk avec un niveau élevé de population, ce qui indique une période antérieure de naturalisation dans de nouveaux territoires. Quant aux pays voisins, en Lettonie, l'espèce a été enregistrée en 1997, dans le nord de l'Ukraine (Kiev) - en 1998, la Russie européenne (Tver, Moscou) - en 2011-2012. La distribution au Bélarus est limitée aux grandes villes et aux agglomérations urbaines.

La limace à tête noire du Caucase habite des habitats avec un niveau d'humidité suffisant - jardins, parcs et places, zones le long de haies vertes, pelouses sur des sols retenant l'humidité, parterres de fleurs, rabatki, parcelles de jardin, pénètre dans les parcs forestiers et les forêts naturelles. Les mollusques se déplacent principalement le long de la surface du sol. Le principal substrat alimentaire des biotopes naturels est la litière de feuilles imprégnée d'hyphes. Ils se nourrissent de parties juteuses de plantes (y compris les cultures maraîchères et ornementales), de corps fruitiers de champignons à calotte, peuvent consommer des carcasses d'insectes et de mollusques morts, y compris leurs propres espèces. Pendant la journée, les limaces se cachent dans la litière, sous les pierres et autres abris. À.mélanocephalus caractérisé par un cycle de vie d'un an: au printemps et en été, seuls les jeunes individus sortant d'œufs hivernés sont trouvés. Les limaces adultes apparaissent en automne (septembre - novembre) et meurent en hiver. L'activité des animaux est observée à des températures diurnes plus élevées jusqu'à la fin de l'automne. C'est un concurrent des espèces de limaces indigènes.

Les blessures typiques des limaces sont les abrasions, qui sont facilement infectées par des micro-organismes. Endommage sensiblement un certain nombre de cultures maraîchères (chou, etc.) et ornementales (hosta, lys, etc.), ainsi que les produits des magasins de légumes et des entrepôts. Pour la lutte, on utilise des malacocides (molluscicides), saupoudrant les surfaces de chaux, farine de dolomite, superphosphate.

Le corps est fusiforme, légèrement pointu en arrière, avec une quille émoussée, souvent ondulée, qui occupe environ la moitié du dos. La peau est relativement épaisse. Les rides sont grandes et convexes, il y a environ 13 à 15 rangées de rides entre l'espace du manteau et la ligne médiane du dos. La couleur varie beaucoup: plus souvent blanc sale, parfois gris bleuté. Les jeunes spécimens sont de couleur plus claire. Avec l'âge, le dos et le manteau s'assombrissent, virent au gris ou même au brun, et le cou, la tête et les tentacules deviennent intensément noirs. La pigmentation du cou s'étend à la partie du corps recouverte par la capuche. Les bords droit et gauche du manteau, ainsi que le coussin de la pneumostomie, les côtés et la semelle, restent toujours jaune clair ou, plus souvent, gris clair, avec une teinte bleuâtre. La longueur du corps des adultes est d'environ 40 à 45 mm (en moyenne 30 à 50 mm), la largeur est d'environ 12 mm et la longueur du manteau est de 20 mm. Les individus de cette espèce diffèrent bien de la limace maillée, de taille similaire et commune en Biélorussie (Derocerasréticulatum (Müller, 1774)) avec une coloration corporelle plus claire, l'absence de motif réticulaire, une coloration plus foncée de la tête et du cou.

Pin
Send
Share
Send
Send