Familles d'oiseaux

Sittelle Votre nom (obligatoire) Votre e-mail (obligatoire) Sujet Message Réclamation ▲ ▼ Problèmes Les informations sont incorrectes Dactylographie, orthographe et ponctuation incorrectes Les informations ont perdu de leur pertinence Informations insuffisantes sur le sujet Les informations sur la page sont répétées pas intéressant Les images ne correspondent pas au texte desctop var mobile var userAgent gent, if (! / Android | iPad | iPhone | iPod /

Pin
Send
Share
Send
Send


Sittelle algérienne(Sitta ledanti) est un petit passereau qui est la seule espèce d'oiseau originaire d'Algérie, où c'est aussi la seule sittelle. Il a été découvert pour la première fois le 5 octobre 1975 au mont Djebel Babor dans le massif de Kabylie Miniature au nord de l'Algérie par une équipe dirigée par un jeune agronome belge Jean-Pierre Ledan.

La sittelle algérienne est un oiseau résident de quatre régions forestières de montagne du nord-est de l'Algérie. Son aire de répartition est limitée par la disponibilité des terres boisées et il ne se produit qu'au-dessus de 1 000 m, la densité de population augmentant avec l'altitude.

Il se nourrit d'insectes et de graines, et les graines sont également stockées dans des caches alimentaires.

il a la capacité, comme d'autres sittelles, de grimper aux arbres, contrairement à des espèces comme les pics, qui ne peuvent que grimper mais ne pas attraper la mouche.

La sittelle algérienne mesure 13,5 cm de long, légèrement plus petite que la sittelle eurasienne et a l'arrogance typique de la sittelle, la queue courte et le bec et les pattes solides. C'est bleu-gris dessus et amateur dessous. L'homme a une couronne noire et une bande pour les yeux séparés par un super cil blanc. La femme a une calotte grise et des rayures oculaires. Les jeunes oiseaux sont des versions plus ternes des adultes.

Cette espèce territoriale nidifie dans des trous, généralement dans de vieux pins, ou dans des nids d'auto-creusés ou de vieux pics.

La sittelle algérienne a une exigence kna et rainuré quair-di, quair-di, quair-di, quair-di, quair-di, chanson.

Cet oiseau est officiellement en voie de disparition car il est limité à seulement quatre sites de nidification. La population est inférieure à 2 000 couples, les principales menaces sont les incendies, le pâturage et l'abattage d'arbres qui détruisent l'habitat.

Propagation des oiseaux

Les sittelles sont répandues dans l'hémisphère nord. La plupart vivent en Asie. Les sittelles vivent également presque partout en Europe. Ainsi, l'aire de répartition couvre les zones tempérées de la côte atlantique à la côte pacifique.

Deux espèces se trouvent dans les montagnes de l'Atlas en Afrique du Nord, au Maroc et en Algérie. En Amérique du Nord, il existe des sittelles canadiennes, des sittelles à tête brune et des sittelles en miettes.

Les sittelles choisissent des endroits avec un climat frais pour la vie. Les espèces du nord vivent dans les plaines, les espèces du sud préfèrent les montagnes. En général, les oiseaux sont sédentaires et ne font qu'occasionnellement de petites migrations.

Les sittelles sont des oiseaux arboricoles qui vivent dans les forêts de conifères à feuilles persistantes, dans les montagnes ou les contreforts. Certaines espèces se trouvent dans les forêts mixtes ou feuillues, les zones boisées et les paysages culturels.

Description de l'oiseau

Le corps de l'oiseau a longueur de 11 à 15 cm, et l'espèce de la sittelle géante, commune en Chine et en Thaïlande, a une longueur de corps de 19,5 cm. L'envergure couvre 22-27 cm. Le poids est d'environ 25 g. La taille de la tête de l'oiseau est grande, le corps est dense, la queue n'est pas longue. Le bec a une forme droite, de longueur moyenne, de couleur gris foncé. La couleur du plumage dépend de l'habitat. En Europe du Nord, la couleur de l'abdomen est brune, le cou est blanc. La partie supérieure du corps varie dans des tons gris-bleu.

La sittelle, qui vit dans les forêts d'Europe occidentale, d'Asie occidentale et du Caucase, se distingue par une couleur rouge du bas du corps et un cou blanc. Dans les zones septentrionales de l'aire de répartition, le ventre est généralement blanc, avec des côtés rouge brunâtre et une sous-queue brune avec des taches blanches. Chez une espèce d'oiseau trouvée dans l'est de la Chine, la partie inférieure du corps est entièrement peinte en brun clair.

En Extrême-Orient, les sous-espèces de sittelle ont couleur de la poitrine blanche... Et les plumes extrêmes de la queue sont toujours marquées de stries blanches. Des deux côtés de la tête, de la base du bec au cou, il y a une étroite bande noire. Les pattes sont gris-brun, avec de longues griffes acérées. La différence externe entre la femelle et le mâle réside dans la taille du corps: les mâles ont l'air un peu plus gros. Il n'y a pas d'autres différences externes.

Sittelle commune ou cocher (Sitta europaea)

L'espèce se trouve en Europe, en Asie et en Afrique du Nord. C'est un petit oiseau mobile avec une longueur de corps de 12 à 14,5 cm, une envergure de 22,5 à 27 cm et une masse de 20 à 25 g. Il a une constitution dense, une grosse tête et un cou court. Le plumage est duveteux et dense. La couleur varie selon les régions de résidence. Le haut du corps est généralement de couleur gris bleuâtre. Dans l'ouest de l'Europe, en Asie et dans le Caucase, le ventre est rouge, le menton et le cou sont blancs. Au nord de la chaîne, le ventre est blanc avec des flancs rouges et la sous-caudale couverte de stries blanches. Il y a un "masque" sombre sur les yeux. Le bec est gris, long, droit, pointu. Les ailes sont courtes, arrondies. La queue est courte et droite. Les pattes sont gris-brun, fortes. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle.

Sittelle bébé (Sitta pygmaea)

La longueur de l'oiseau peut atteindre 10 cm et son poids est d'environ 10 g. Le plumage est de couleur gris bleuâtre par le haut, le ventre est blanchâtre, la calotte est grise avec une tache blanche à l'arrière de la tête. L'espèce est répartie du sud de la Colombie-Britannique à l'ouest des États-Unis jusqu'au centre du Mexique. Vit dans les forêts de conifères.

Sittelle corse (Sitta whiteheadi)

L'oiseau est endémique des forêts de conifères de l'île de Corse. Son corps mesure jusqu'à 12 cm, la tête est petite, le bec est court. Le dos est gris bleuâtre, le ventre est gris beige, seule la gorge est claire, blanchâtre. Le mâle a une couronne et une bride noires, un sourcil blanc. Chez la femelle, la couronne et la bride sont grises. Les juvéniles se distinguent par un plumage terne.

Sittelle à tête noire ou à poitrine rousse (Sitta krueperi)

La longueur du corps de l'espèce peut atteindre 12,5 cm, la tête est petite, le bec est petit. Le haut du corps est gris bleuâtre. Le ventre est blanc cassé, il y a une tache rougeâtre sur la poitrine. Il y a un "sourcil" blanc sur la tête, la calotte est noire. L'espèce est sédentaire, habite le Caucase, la Turquie et l'île de Lesbos.

Sittelle canadienne (Sitta canadensis)

D'en haut, l'oiseau est peint en gris bleuâtre, l'abdomen est rougeâtre, le visage est blanc avec des rayures noires sur les yeux, le cou est blanc, la calotte est noire, le bec est gris. L'aire de répartition des espèces comprend des forêts de conifères en Alaska, au Canada et dans le nord-est et l'ouest des États-Unis.

Sittelle de Przewalski (Sitta przewalskii)

La longueur du corps de l'oiseau est d'environ 13 cm, le dos est bleu-violet ou gris, la calotte et l'occiput sont foncés. Les joues et la gorge sont jaune blanchâtre, se fondant doucement dans une poitrine et un ventre rouges, les côtés et le dessous de la queue sont rouge châtain. L'espèce niche en Chine, dans les forêts de conifères de montagne à des altitudes de 2250 à 4500 m d'altitude.

Caroline Sittelle (Sitta carolinensis)

La longueur du corps de l'espèce est de 11 à 18 cm, le poids est de 20 à 40 g, l'envergure est de 22,5 à 27 cm La constitution est dense, la tête est grande, le cou est court. Le bec est en forme de ciseau, tranchant, fort. L'espèce vit en Amérique du Nord, du sud du Canada au Mexique, dans les forêts de feuillus et mixtes, ainsi que dans les jardins et les parcs.

Petite sittelle rocheuse ou petite sittelle rocheuse (Sitta neumayer)

Extérieurement, il ressemble à une sittelle ordinaire. Distribué dans le sud-est de l'Europe, en Turquie, en Syrie, en Israël et en Iran. Il préfère vivre au milieu des rochers, sur des falaises abruptes, près des ravins.

Grande sittelle rocheuse ou grosse sittelle rocheuse (Sitta tephronota)

La longueur du corps de l'oiseau est de 15 à 16 cm, le poids est compris entre 42,7 et 55 g. Le dos est gris, le ventre est blanc avec une teinte rougeâtre sur les côtés. Il y a un "masque" noir sur les yeux. L'habitat de l'espèce comprend la Transcaucasie, l'Asie centrale et centrale.

Sittelle à front noir (Sitta frontalis)

La longueur du corps de l'oiseau est d'environ 12,5 cm, la tête est grande, la queue est courte et le bec est fort. Le dos est bleu-violet, les joues sont de lavande. Le ventre est beige, la poitrine est blanchâtre. Le bec est rouge, il y a une tache noire sur le front. Le mâle a les sourcils noirs, la femelle non. Les juvéniles sont ternes. L'espèce se trouve en Inde, au Sri Lanka, dans le sud de la Chine et en Indonésie, vit dans les forêts à feuilles persistantes.

Caractère et style de vie

Ce sont des oiseaux courageux, agiles et curieux, enclins à s'installer et à vivre sur leurs territoires. Pendant la saison froide, ils rejoignent la compagnie d'autres oiseaux, par exemple des mésanges, et volent avec eux pour se nourrir dans les villes / villages. Les gens ne sont presque pas gênés et à la recherche d'une friandise, ils volent souvent par la fenêtre et s'assoient même sur leurs mains. Les sittelles sont extrêmement actives et n'aiment pas rester immobiles, mais elles consacrent la majeure partie de la journée non pas aux vols, mais à l'étude des objets alimentaires. Les oiseaux galopent inlassablement le long des troncs et des branches, explorant chaque trou dans l'écorce où une larve ou une graine peut se cacher. Contrairement au pic, qui repose toujours sur sa queue, la sittelle utilise l'une de ses pattes comme butée, la plaçant loin en avant ou en arrière.

Un oiseau qui a trouvé comestible ne le laissera jamais sortir de son bec, même si une personne le prend en main, mais se précipitera désespérément vers la liberté avec le trophée. De plus, les sittelles se précipitent courageusement pour protéger le nid et la famille.

Les sittelles sont très bruyantes et ont une variété de sons, des trilles et des sifflets gargouillis à la mélodie d'un cor. La sittelle canadienne, adjacente à la mésange à tête noire, a appris à comprendre ses signaux d'alarme et à y réagir en fonction des informations transmises. Certaines espèces sont capables de stocker de la nourriture pour l'hiver, cachant les graines sous l'écorce, les petits cailloux et dans les fissures: la sittelle se souvient du lieu de stockage pendant environ un mois. Son propriétaire ne mange le contenu de l'entrepôt que par temps froid et par mauvais temps, lorsqu'il est impossible d'obtenir des aliments frais. Une fois par an, à la fin de la saison de nidification, la sittelle mue.

Habitat

À de rares exceptions près, les sittelles sont des oiseaux arboricoles typiques; la plupart habitent des forêts de conifères et d'autres forêts à feuilles persistantes, souvent dans les montagnes ou les contreforts. Certaines espèces, dont la sittelle commune et la sittelle de Caroline, sont assez flexibles dans le choix des biotopes; elles se retrouvent également dans les forêts mixtes et feuillues, les zones boisées, ainsi que sur les paysages culturels.

D'autres, comme la sittelle de Corse, sont restreintes à une ou plusieurs espèces d'arbres. Les sittelles rocheuses grandes et petites, répandues dans les montagnes d'Europe et d'Asie occidentale, sont moins associées aux arbres que d'autres; leurs principaux habitats sont des paysages rocheux nus, dans les crevasses desquels elles se nourrissent et font un nid. En dehors de la période de nidification, ces oiseaux se déplacent encore vers la forêt. Dans les systèmes montagneux d'Asie centrale, plusieurs espèces habitent différentes ceintures altitudinales dans la même gamme, sans se croiser ou se croiser légèrement.

Régime de sittelle

Les espèces bien étudiées montrent une division saisonnière de la nourriture en animaux (pendant la reproduction) et en végétaux (pendant d'autres périodes). Au printemps et jusqu'au milieu de l'été, les sittelles mangent activement des insectes, principalement des xylophages, que l'on trouve dans le bois, l'écorce fissurée, l'aisselle des feuilles ou dans les crevasses rocheuses. Chez certaines espèces (par exemple, chez la sittelle de Caroline), la proportion de protéines animales en période de reproduction approche les 100%.

Les oiseaux passent aux composants végétaux plus près de l'automne, y compris dans leur menu:

  • graines de conifères,
  • fruits juteux,
  • des noisettes,
  • glands.

Les sittelles manient magistralement leur bec, fend des coquilles et dépecent des escargots / gros coléoptères. Caroline et la sittelle à tête brune ont appris à travailler avec une puce comme levier, ouvrant des vides sous l'écorce ou démembrant de gros insectes. L'artisan garde son instrument dans son bec lorsqu'il vole d'arbre en arbre.

La méthode de recherche de nourriture fait que les sittelles ressemblent à des grenouilles arboricoles, des pikas, des pics et des huppes d'arbre. Tout comme eux, la sittelle cherche de la nourriture sous l'écorce et dans ses plis.

Mais l'escalade des griffes est loin d'être le seul moyen de rechercher de la nourriture - les sittelles volent périodiquement pour examiner la litière et le sol de la forêt. Une fois la nidification terminée, les sittelles s'envolent de leurs parcelles fourragères indigènes, à côté des oiseaux nomades.

La reproduction

  • puberté - à partir de 1 an,
  • la saison de reproduction est d'avril à mai,
  • incubation - 1 à 2 fois par saison,
  • oeufs dans une couvée - 4-12,
  • incubation - 2,5 semaines,
  • nourrir les poussins - 5-5,5 semaines,
  • la durée de vie est de 10 à 11 ans.

La durée pendant laquelle les sittelles nichent est déterminée par la zone qu'elles occupent. La saison de nidification dure d'avril à mai. La sittelle est de type monogame et s'accouple à vie. Il dispose ses nids dans des creux, généralement dans des nids abandonnés de pics ou des rainures naturelles dans des troncs d'arbres.

Les emplacements pour les nids sont localisés à une hauteur de 3 à 8 mètres... En règle générale, l'entrée du nid a une taille de 3-4 cm et, si nécessaire, peut être réduite à l'aide d'argile. Le fond est tapissé de feuilles et de petits morceaux d'écorce.

La taille de la couvée est limitée à 4 à 12 œufs, mais le plus souvent, il y a 6 à 8 œufs dans le nid. La coquille terne est blanche avec de petites taches brun rougeâtre. Seule la femelle est assise dans le nid, qui ne peut quitter l'embrayage qu'en cas de danger direct. S'éloignant du nid, elle recouvre les œufs avec une litière. L'incubation dure 2,5 semaines. Les corps des poussins éclos sont recouverts de duvet long.

Les deux parents sont impliqués dans l'alimentation de la progéniture. Après la naissance, les petits sittelles recevoir des aliments pour un maximum de 5-5,5 semaines... Après 22 jours, les poussins adultes sont déjà capables de voler. La plupart des jeunes individus choisissent leur habitat à la fin de la période estivale, mais le choix d'un site de nidification et d'un partenaire n'a finalement lieu qu'au printemps prochain. L'espérance de vie des oiseaux à l'état sauvage s'étend sur 10 à 11 ans.

Ennemis naturels

Les sittelles ont de nombreux ennemis naturels parmi les prédateurs d'oiseaux et de mammifères. Les oiseaux adultes sont chassés par les faucons, les hiboux et les martres. Les poussins et les couvées sont menacés par les mêmes hiboux et martres, ainsi que par les écureuils, les corbeaux et les geais.

Population et statut de l'espèce

La dernière version de la Liste rouge de l'UICN répertorie les statuts de 29 espèces de sittelles, dont la plupart ne concernent pas les organisations de conservation.

Selon l'UICN (2018), 4 espèces sont menacées d'extinction:

  • Sitta ledanti Vielliard (sittelle algérienne) - vit en Algérie,
  • Sitta insularis (sittelle des Bahamas) - habite les Bahamas,
  • Sitta magna Ramsay (sittelle géante) - montagnes du sud-ouest de la Chine, nord-ouest de la Thaïlande, centre et est du Myanmar,
  • Sitta victoriae Rippon (sittelle à sourcils blancs) - Myanmar.

Cette dernière espèce vit au pied du mont Nat Ma Taung, dans une petite zone d'environ 48 km². La forêt à une altitude allant jusqu'à 2 km a été complètement coupée ici, entre 2 et 2,3 km elle s'est considérablement dégradée et n'est restée intacte que dans la haute ceinture. La principale menace vient de l'agriculture sur brûlis.

La population de la sittelle algérienne occupant la réserve de biosphère de Taza et le pic Babor (Tell Atlas) n'atteint même pas 1 000 oiseaux, ce qui indique son état critique. Dans cette petite zone, de nombreux arbres ont brûlé, au lieu desquels des semis de cèdre sont apparus, tandis que la sittelle préfère une forêt mixte.

La population de la sittelle géante diminue en raison de la déforestation ciblée des forêts de pins de montagne (à l'est du Myanmar, au sud-ouest de la Chine et au nord-ouest de la Thaïlande). Là où l'exploitation forestière est interdite (Yunnan), la population arrache l'écorce des arbres et l'utilise pour se chauffer. Là où poussaient les pins, de jeunes eucalyptus apparaissent, impropres à la sittelle.

Dans la culture des peuples du monde

Les sittelles étaient bien connues de certains peuples autochtones d'Amérique du Nord. Par exemple, le Cherokee appelait l’oiseau tsulie’na («sourd»), apparemment parce qu’il n’avait pas peur de la présence d’une personne. Selon la légende, au départ, ce peuple s'est installé dans six colonies, dont l'une se trouvait dans la forêt et s'appelait Bird. La colonie était souvent visitée par la sittelle, qui volait les provisions d'hiver des écureuils et des rongeurs et les cachait dans des arbres mourants.

Dans le recueil poétique de vieilles chansons islandaises sur les dieux et les héros du 18ème siècle "The Elder Edda", le jeune aventurier Sigurd tue le fils du sorcier Hreidmar Fafnir sous les traits d'un dragon. Après avoir mangé son cœur, Sigurd a commencé à comprendre le langage des oiseaux et des animaux.Sur les conseils des sittelles rassemblées à proximité, le héros se rend au royaume, où il épouse une belle princesse.

Pline l'Ancien dans "Histoire Naturelle" (Livre VII "L'homme"), se référant à une certaine Gellia, écrit que les gens ont commencé à construire des maisons d'argile, à l'instar des hirondelles et des sittelles rocheuses.

Nombre d'espèces dans les taxons «frères»

vueSittelle Algérienne (Sittelle Kabyle)Sitta ledantiVielliard1976
genreSittelle (vraie sittelle)SittaLinnaeus1758
sous-familleSittellesSittinaeLinnaeus1758
familleSittelleSittidésLeçon1828
superfamilleAlimentsCerthioidea
infra-ordrePassereauxPasserida
sous-ordre / sous-ordreChanteursOscines
détachement / ordrePassereauxPassériformes
superordre / superordreNouveaux oiseaux du ciel (oiseaux typiques)NeognathaePycroft1900
infraclasseVrais oiseaux (oiseaux à queue en éventail)NeornithesGadow1893
sous-classeOiseaux Cilegrud (Oiseaux à queue en éventail)Carinatae Ornithurae (Neornithes) Ornithurae (Neornithes)Merrem1813
classerDes oiseauxAves
superclasseÀ quatre pattesTetrapodaBroili1913
sous-type / subdivisionVertébrés (crâniens)Vertébrés (Craniata)Cuvier1800
type / départementAccordsChordata
supertypeAnimaux coelomiquesCoelomata
sectionSymétrique bilatéralement (trois couches)Bilateria (Triploblastica)
suprasectionEumetazoiEumetazoa
sous-roiAnimaux multicellulairesMetazoa
RoyaumeAnimauxAnimalia
super-royaumeNucléaireEukaryotaChatton1925
EmpireCellulaire

Les conflits d'oiseaux interspécifiques s'expliquent par la compétition et l'hybridation

De nombreux animaux gardent jalousement leur territoire de l'invasion d'étrangers. C'est logique quand il s'agit d'un représentant de sa propre espèce. Cependant, un individu appartenant à une espèce différente devient souvent l'objet d'attaques. On a longtemps cru qu'une telle territorialité interspécifique n'était qu'un sous-produit de la territorialité intraspécifique. En d'autres termes, le propriétaire attaque l'étranger par erreur, le prenant pour un parent.

Cependant, de nouvelles preuves suggèrent que la protection d'une zone contre d'autres espèces est adaptative. Il peut survenir et persister lorsque différentes espèces se disputent une ressource particulière, comme la nourriture ou un abri.

Une équipe de zoologistes dirigée par Jonathan P. Drury de l'Université de Durham a mené une étude massive de la compétition interspécifique pour le territoire en utilisant l'exemple des passereaux d'Amérique du Nord. Après avoir analysé la littérature, les scientifiques ont découvert que ce comportement est typique de 104 de leurs espèces. Cela représente 32,3 pour cent du nombre total d'espèces de passereaux en Amérique du Nord. Ainsi, la compétition interspécifique est plus répandue qu'on ne le pensait auparavant.

Selon les auteurs, dans la plupart des cas, les oiseaux entrent en conflit sur le territoire avec un représentant d'une espèce spécifique. Plusieurs facteurs augmentent les chances de former une paire d'espèces concurrentes. Par exemple, les oiseaux qui vivent dans le même biotope, ont des tailles similaires et nichent dans des creux sont plus susceptibles d'être impliqués dans des conflits de territoire. Pour les espèces appartenant à la même famille, un autre facteur joue un rôle important - la probabilité d'hybridation. Si deux espèces sont capables de se reproduire, leurs mâles sont susceptibles de réagir de manière agressive l'un à l'autre.

Sur la base des données obtenues, les chercheurs ont conclu que les conflits interspécifiques pour le territoire entre les oiseaux ne surviennent pas par erreur. Ce comportement est une réponse adaptative à la compétition pour une ressource limitée, ainsi qu'un mécanisme pour empêcher l'hybridation entre des espèces étroitement apparentées.

Pin
Send
Share
Send
Send